Classement des 20 entreprises les plus influentes dans l'internet des objets

Pinterest LinkedIn Tumblr +

De la même manière que Facebook aux réseaux sociaux… On cherche encore quelle compagnie associera son nom à l’internet des objets.

En pleine explosion, ce secteur catalyse les convoitises et attise l’ambition des géants de l’électronique,  de l’industrie et d’intérêt. Selon les dernières mesures d’iot-analytics, 5 groupes américains (Intel, Microsoft, Cisco, Google, and IBM) s’affrontent déjà sur de multiples terrains en lien avec l’internet des objets et ce n’est donc pas une surprise de les retrouver en haut du classement des 20 entreprises les plus influentes dans l’internet des objets.

Selon une récente étude d’ABI Research, le nombre d’objets connectés déployés en entreprises atteindrait 5,4 milliards d’unités en 2020. Les usages B2B seraient actuellement en plein développement, si bien qu’une étude Deloitte récemment publiée estimait quant à elle que 60% des objets connectés seraient achetés et payés par les entreprises.

Note : Le classement est basé sur le volume de discussions sur les réseaux sociaux, de recherches sur Google, d’articles de presse et d’employés orientés “IOT” pour chaque société étudiée. Sur les 1700 entreprises associées à l’internet des objets, la première reçoit la note de 100% et les suivantes son classifiées à partir de cette base.

intel-curie-microchip-puce-wearables

1. Intel

Intel a produit des efforts incommensurables en 2014 pour se remettre d’une déroute progressive qui l’avait pratiquement exclue du segment des composants pour smartphones. Cantonné au secteur des PC –cannibalisé par les phablettes, les tablettes, etc– Intel a investi tous azimuts en 2014 pour inverser la vapeur. En participant à des initiatives dans les textiles connectés, les wearables, les lunettes connectées, l’impression 3D, les robots et en rejoignant la plupart des consortiums qui tentent de définir des standards communs, on n’y prendra pas Intel deux fois. La dernière petite victoire en date : Google a choisi des composants Intel pour ses prochaines lunettes Google Glass. Avec une estimation de 50 milliards d’objets connectés en circulation dans le monde en 2020, Brian Krzanich, son CEO, veut replacer “Intel Inside” 😉

2. Microsoft

Microsoft est presque dans la même situation qu’Intel : de mauvais choix stratégiques au départ ont grandement empêchés la firme de Redmond de jouer sa carte à plein dans l’internet des objets. Ratant l’opportunité de s’imposer dans le segment des smartphones, Windows Mobile n’équipe que 3% des parts de marché.

Cependant, Microsoft entend bien se refaire avec l’internet des objets. En misant sur sa plateforme cloud Azure, associé à Windows Embedded (un OS dédié aux objets connectés) et Microsoft Streaming Analytics (une plateforme de monitoring et de traitement des données en temps réel) Microsoft pourrait revenir de manière fracassante dans la course. La solution offerte par Microsoft permettrait aux fabricants d’objets connectés de bâtir sur des bases robustes leur infrastructure de collecte et de gestion de données en provenance des capteurs intégrés à leurs accessoires. Même s’il a lancé un bracelet connecté en son nom, le groupe de Bill Gates compte donc davantage sur le B2B pour faire son trou dans l’internet des objets. Windows Embedded semble déjà séduire certains constructeurs automobiles : le Jeep Wrangler embarque la technologie Microsoft pour les voitures connectées, de même que les robots du fabricant Kuka.

hololens-microsoft-600x362

3. Cisco

Cisco est à l’origine du terme ‘Internet des Objets’ et a le premier entrepris d’investir massivement dans les objets connectés pour l’aider à émerger mais également pour lui fournir des standards de développement. Cisco est aussi l’une des rares entreprises au monde à compter autant d’experts de l’internet des objets dans ses rangs : au moins 720 employés de Cisco sont largement engagés dans des projets IOT selon Linkedin. Ce n’est pas étonnant : les objets connectés sont au coeur de ce que Cisco a toujours su faire mieux que les autres : déployer des réseaux à l’échelle des entreprises, sécuriser les transmissions de données, etc. Cisco est aussi le principal organisateur de l’IoT World Forum.

File photo of Google Chairman Eric Schmidt speaking at a Motorola phone launch event in New York

4. Google

Google a grandement accéléré l’adoption des objets connectés auprès des particuliers en proposant des solutions techniques leur permettant de tirer parti de leurs accessoires. On pense à Android Wear, à l’application Google Fit ou aux Google Glass, qui ont attiré l’attention sur un segment méconnu, les lunettes connectées. Plus encore, c’est en rachetant Nest pour $3,2 milliards que Google a su montrer ses muscles et dévoiler sa stratégie de conquête dans l’internet des objets, en particulier le Smart-Home et les Wearables de santé. En plus d’un écosystème autour des produits Nest, Dropcam et Revolv, Google a également annoncé la plateforme “Physical Web”, visant à attribuer une URL unique à tous les objets connectés dans le monde, afin de les identifier. Les ambitions sont à peine voilée à Mountain View lorsqu’on parle d’internet des objets…

5. IBM

Dernier du ‘BIG 5’, IBM n’en est pas moins ambitieux pour autant, ses investissements massifs dans les solutions connectées pour entreprises en témoignent. En plus de lancer des kits de prototypage en partenariat avec ARM, IBM vise les grands fabricants en leur proposant des solutions d’infrastructures prêtes à l’emploi et travaille à la création de bases de données complexes pour recueillir les données issues d’objets connectés.

iot-companies-v5-iot-analytics

6. Samsung

Samsung lorgne lui aussi sur les objets connectés. En rachetant la plateforme domotique SmartThings puis en annonçant sa volonté de ne plus fabriquer que des objets connectés d’ici à 2020, Samsung s’est peu à peu hissé dans le top 10 des entreprises les plus influentes dans l’internet des objets. Déjà un acteur prépondérant du marché des télévisions et des montres connectées, Samsung serait aussi en train de placer ses pions dans le domaine des voitures connectées électriques. Le récent rachat d’un spécialiste des batteries le prouve.

7. Apple

En attendant l’Apple Watch, difficile de parler d’Apple comme d’un fabricant d’objets connectés. Pourtant, Cupertino est déjà incontournable dans l’internet des objets car il est à l’origine de l’iPhone et possède un argument de choix : l’Apple Store et ses millions de clients potentiels. Avec Carplay pour les voitures, HomeKit pour la maison et HealthKit pour la santé, Apple veut faire de son smartphone le centre névralgique des objets connectés. Apple profite aussi de l’engouement pour le Smart-Home en repositionnant son Apple TV et il se murmure que la firme plancherait sur une voiture connectée autonome en recrutant de nombreux ingénieurs chez Tesla et Samsung.

apple tim cook

8. SAP

Le géant allemand SAP fait peu parler de lui, mais ses solutions pour entreprises progressent et séduisent de plus en plus. SAP positionne sa base de donnée HANA comme la solution pour faire fonctionner l’internet des objets simplement. En plus de cela, SAP a adapté son système ERP aux contraintes spécifiques des fabricants d’objets connectés et a débuté l’intégration de plateformes M2M à son système de gestion de données. De quoi séduire aussi bien dans la logistique que dans la production… SAP voit grand.

9. Gartner

Gartner a été l’un des premiers à publiquement affirmer que l’internet des objets serait une étape importante du cycle d’évolution d’internet. En 2014, Gartner a annoncé que les objets connectés avaient atteint leur pic d’attentes de la part du grand public, influençant les investissements colossaux effectués par les entreprises qui font confiances à ses prévisions. Au delà des concepts de ‘réalité virtuelle’ et de ‘reconnaissance gestuelle’, Gartner continue de trier le bon grain de l’ivraie pour le secteur IoT dans le monde.

10. Oracle

Oracle ne fait pas beaucoup de publicité pour ses solutions en lien avec l’internet des objets, mais ses efforts pour impose sa plateforme cloud dans les objets connectés sont bien réels. La participation à de nombreux consortiums pour la standardisation fait aussi partie de leurs méthodes favorites pour distiller leur savoir faire à qui de droit.

11. ARM

Le britannique ARM est devenu le géant des semiconducteurs après que Intel lui ai laissé le champ libre sur la frange low-cost du marché. Les composants SoC de la gamme Cortex permettent à ARM d’attaquer l’internet des objets en proposant une solution robuste aux fabricants, en lien avec la plateforme maison ‘mbed cloud’.

ARM-ethernet-starter-kit

12. General Electric

GE fait partie des industriels leaders en ce qui concerne l’internet des objets. GE est même à l’origine du terme Internet Industriel. GE distille son savoir faire dans l’aviation, l’industrie manufacturière ou la gestion des ressources énergétiques. GE affirme avoir déjà réalisé 1 milliards de dollars de revenus avec ses solutions IoT en 2014.

13. Accenture

Accenture a intensifié ses publications à propos de l’internet des objets et a recruté massivement : en l’espace de 3 mois, les employés dédiés à l’internet des objets sont passé de 11 à 250 sur Linkedin !

14. Amazon

Amazon n’aura pas réussi à imposer son smartphone Fire mais avec ses liseuses connectées, et surtout l’assistant Echo, la firme veut vous fournir le compagnon domotique idéal. Amazon est aussi à l’initiative de la plateforme Web Services, qui est désormais adaptée aux services cloud pour les objets connectés et Amazon travaille depuis plusieurs mois à permettre la livraison de ses paquets par drones de livraison…

15. HP

HP ne mise plus beaucoup sur sa gamme de PCs, mais plutôt sur Helion, une plateforme cloud platform dédiée au développement open-source pour les objets connectés.

16.   Arduino

17.   IDC

18.   Blackberry

19.   PTC

20.   Verizon

Partager
A propos de l'auteur