Cigarette électronique connectée : les premiers essais concluants

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Des cigarettes électroniques connectées mêleront prochainement quantified self, sevrage tabagique et santé connecté en aidant à prévenir les maladies du tabac.


En quelques mois, la cigarette électronique s’est imposée en France comme alternative crédible à la cigarette classique, consommée par 16 millions de fumeurs en 2013 (73.000 décès imputés au tabac en 1 an, source : INPES). La cigarette électronique est considérée comme un substitut nicotinique efficace par certains spécialistes, mais ils sont encore plus nombreux à reconnaitre sa moindre nocivité en matière de tabagisme passif. En clair, la cigarette électronique est surtout beaucoup moins dangereuse pour les autres, les non-fumeurs. L’office français de prévention du tabagisme estime que la France compte entre 500.000 et 1 million de « vapoteurs » comme on les appelle, c’est à dire des utilisateurs réguliers de cigarettes électroniques.
tweeting-ciggy

La cigarette électronique : juste une mode?

Dans l’opinion publique et les médias les avis divergent quant à la prétendue nocivité du e-liquide contenu dans les cigarettes électronique, leur concentration en nicotine ou les effets réels sur le sevrage tabagique. Le corps médical estime qu’il est encore tôt pour tirer des conclusions à grande échelle permettant d’évaluer la quantité de nicotine absorbée via ces cigarettes électroniques et cela explique en partie le flou juridique actuel (qui tend cependant à se clarifier). De nombreux Les industriels se lancent désormais dans « le meilleur des deux mondes » : la cigarette électronique connectée.
ciggy

La cigarette électronique connectée :

Imaginez que votre cigarette électronique connectée comptabilise vos bouffées, la quantifié de nicotine absorbée ou qu’un indicateur vos signifie un équivalent en nombre de cigarettes. Ces « smart-cigarettes » deviendraient alors de véritables objets de Quantified Self, elles seraient associées à une application mobile pour smartphones, qui pourrait même tenir votre médecin traitant informé de l’évolution de votre consommation de tabac. Ainsi, la cigarette électronique connectée va devenir une solution de sevrage tabagique fiable dès lors qu’elle permettra de diminuer la quantité de nicotine de manière autonome et imperceptible pour l’utilisateur. Le médecin pourrait même avoir le contrôle de cette quantité de nicotine via Internet.
Aux Etats Unis, un concept de e-cigarette (pas encore commercialisé) envoie des tweets à un compte surnommé @TweetingCiggy permettant de sensibiliser à sa propre consommation de tabac.

(source)

Partager
A propos de l'auteur

3 commentaires

  1. Vous dites : de nombreux industriels se sont lancés dans la ecig connectée  ? Avez-vous des sources précises, des exemples ou est-ce un désir ou une intuition ?

    • Bonsoir Sebstien,
      C’est vrai que “nombreux” est peut-être un adjectif ambigüe au regard de la récence de ce concept 😉
      J’ai modifié mais n’hésitez pas à partager les exemples éventuels que vous découvrirez au fur et à mesure qu’ils apparaissent
      Bonne soirée
      Geoffray

  2. Bonsoir SebastienRaynal
    C’est vrai que « nombreux » est peut-être un adjectif ambigüe au regard de la récence du concept 
    J’ai modifié mais n’hésitez pas à partager ici les exemples éventuels que vous découvrirez au fur et à mesure qu’ils apparaissent
    Bonne soirée
    Geoffray