Devialet : Quelle Enceinte Phantom Choisir ?

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’année 2021 marque une certaine évolution pour l’entreprise française Devialet. Elle donne de nouveaux noms à ses enceintes et les accompagne de quelques changements. Commercialisée en 2015, la Phantom Classic et ses performances sonores impressionnantes laissent place à l’appellation Phantom I. Quant à sa version plus compacte qu’est la Phantom reactor, elle devient la Phantom II.

Phantom I 103 dB Iconic whiteDerrière ces noms un peu flous se cachent deux produits :

  • Les Phantom I correspondent aux enceintes Devialet les plus puissantes, chargées des meilleures innovations de la marque en termes de son.
  • Les Phantom II quant à elle, demeurent plus compactes et plus accessibles.

Dans les deux cas, Devialet promet une puissance et une qualité sonore de loin supérieure aux autres enceintes sans fils.  Phantom I comme Phantom II conservent le design sphérique propre à la marque et sont bien sûr toujours made in France.

Le trio Devialet Classic, Silver et Gold devient “Phantom I”

Produit phare de la marque, ce nouveau nom englobe les modèles basés sur la toute première enceinte Devialet : Phantom I 103 dB et Phantom I 108 dB. Respectivement les anciennes Silver Phantom et Gold Phantom avec quelques améliorations en plus. En effet, elles possèdent un processeur plus puissant, une meilleure évacuation de la chaleur, des signaux LED à l’arrière ainsi que des nouveaux coloris. La marque garde toutefois une esthétique similaire à la Phantom classic. Guère de tape à l’œil, le choix reste entre blanc, noir mat ou chrome et feuille d’or en option. En revanche l’enceinte n’inclut toujours pas de port analogique et conserve le même panel de connectique : Bluetooth, Wi-fi, Ethernet, Optique, Universal Plug and play (UPnp), Airplay et Spotify connect.

103 dB et 108dB : quelles différences ?

Anciennement Silver Phantom, le modèle 103 dB demeure le plus accessible de la gamme Phantom I. Son apparence ne diffère pas de la 108dB hormis pour les couleurs disponibles. Les dimensions restent inchangées, idem pour son poids : 11,4 kilos. Comme son nom l’indique, l’enceinte peut débiter jusqu’à 103 décibels à un mètre de distance contre 108 pour l’autre. Cette puissance est obtenue grâce aux impressionnantes capacités d’amplifications de l’appareil (respectivement 500 W et 1100 W). Il ne s’agit évidemment pas de l’unique argument de Devialet, elle est accompagnée d’un son haute fidélité et d’une couverture très large du spectre acoustique. En plus d’une finition avec feuille d’or et d’une édition spéciale en partenariat avec l’Opéra de Paris, la 108 dB dispose d’un haut-parleur Tweeter avec dôme en titane. Pour sa petite sœur en revanche, l’aluminium maintient sa suprématie.

Dimensions Phantom I

Un taux de distorsion très faible le long du spectre

Une autre information suit la puissance en Watt et en décibel sur le site de la marque : 16Hz-25kHz et 14Hz-27kHz. Ces chiffres correspondent aux fréquences sonores que couvre l’enceinte. Autrement dit, la Phantom I retranscrit des sons sur une partie du spectre acoustique plus large que ce que nos oreilles peuvent entendre. À cette fidélité s’ajoute un faible taux de distorsion malgré sa puissance. Même en montant aux alentours de 100 décibels, cette distorsion n’excède pas 0,5 % pour le segment que notre ouïe perçoit. Elle reste souvent inférieure à cette valeur et approche par moments les 0,1 %. De ce cocktail chargé de jargon audiophile naissent de fortes basses et un son précis. Avec sa capacité d’amplification plus élevée et son haut-parleur Tweeter, la 108dB amène l’expérience sonore Devialet au summum de sa puissance et de son efficacité.

Phantom I 108 dB GoldPhantom I : que vaux la stéréo ?

La Phantom I demeure monophonique, pour y avoir accès il est nécessaire d’en posséder une paire. Deux enceintes rendent l’écoute encore plus complète et riche mais reviennent très chère, avec le modèle 103 dB comme 108 dB. À cela s’ajoute la présence d’une certaine latence qui limite l’utilisation de la Phantom I à la musique. Le son d’un film se retrouverait par exemple légèrement décalé par rapport à l’image. Au coût conséquent de cette installation se joint l’absence un usage multimédia efficace. Malgré des qualités sonores indéniables, une paire de Phantom I n’est peut-être pas le choix le plus intéressant pour bénéficier d’une expérience stéréo élaborée.

Avec l’arrivée de la Phantom I, le boitier Devialet Dialog est obsolète. La configuration du stéréo et du multi-room se fait maintenant via l’application.

Avis sur la Phantom I

Ils n’apparaissent pas encore sur ce modèle car sortis trop récemment. On peut en revanche se baser sur les nombreux avis et test à propos de la Gold Phantom. Elle obtient des moyennes de 5 étoiles sur des sites comme Cobra ou Boulanger qui cumulent des dizaines de retours. Malgré la mention de quelques défauts, le site lesnumeriques.com lui donne également ses 5 étoiles.

Phantom II : nouvelle peinture pour la Phantom Reactor

En fin d’année 2018, Devialet élargit son offre avec une enceinte plus petite, plus légère et moins chère. La Phantom Reactor devient la Phantom II. Derrière ce nom se cachent exactement les mêmes appareils. Les appellations 95 dB et 98 dB remplacent respectivement Reactor 600 W et Reactor 900 W pour différencier les deux modèles disponibles. Ne vous y trompez pas, malgré ses dimensions réduites et 4,3 kg affichés sur la balance, l’enceinte conserve la puissance et le son propre à la marque. La Phantom II dispose en effet d’une capacité d’amplification plus faible que sa grande sœur. Toutefois, la perte d’une dizaine de décibels reste plus qu’acceptable au vu du gain en praticité qu’apporte cette enceinte. Niveau esthétique, la Phantom II ajoute le noir mat au blanc déjà présent en 2018 et possède elle aussi une édition spéciale Opéra de Paris.

Une connectivité quasi identique

Rien ne semble différencier les deux Phantom sur cet aspect. Les nouveautés concernant l’expérience utilisateur touchent les deux modèles. La Devialet App bénéficie d’une mise à jour pour l’occasion, elle permet à présent une gestion multi-room de tout l’écosystème Phantom. Certifiée Roon Ready, elle agrandit le champ des possibilités d’utilisations pour les enceintes françaises. Ces dernières sont désormais compatibles nativement à Airplay 2. Dans cette même optique, la connectivité au protocole UPnp s’est étendue à des applications comme mconnect Player. Au milieu de ces changements, un détail est immuable. La Phantom II reste la seule à posséder un port optique et un port analogique contrairement à son aîné doté seulement d’un port optique. Cette absence lui a d’ailleurs valu quelques critiques par le passé et risque d’en générer de nouvelles. Autre absence qui se remarque avec ces mises à jours, celle d’un assistant vocal intelligent dans les enceintes.

La cadette n’a pas à rougir de ses capacités

En plus de la puissance, elle conserve la large couverture du spectre acoustique de son aîné. Étonnamment, cette caractéristique ne varie pas entre la version 95 dB et la 98dB : 18Hz-21kHz. Ces deux modèles ne se différencient que par leurs capacités d’amplification de respectivement 350 W et 400 W. Le ratio volume/puissance surprend et se ressent surtout dans les graves. Les deux woofers sur les côtés de l’enceinte leurs confèrent une profondeur et une réactivité difficiles à concurrencer. La Phantom II n’est cependant pas exempte de défauts. On peut notamment lui reprocher de ne pas retranscrire un niveau de détails équivalent au haut de gamme hi-fi et de laisser trop de place aux graves. Moins efficiente que sur la Phantom I, la gestion de la distorsion reste impressionnante. Pour l’entendre, il faut monter le volume pour atteindre plus de 90 décibels.

Dimensions Phantom II

Avis sur la Phantom II

Les retours sur l’ancienne Reactor sont eux aussi très bon. Les centaines d’avis donnés sur la Fnac, Ubaldi ou Cobra sont à 5 étoiles en moyenne. Le test lesnumeriques.com en vient à la même conclusion. La présence de défauts n’enlève pas le fait qu’elle réalise ce que Devialet affirme.

D’où Devialet tire cette puissance ?

Commercialisée en 2015, la première Phantom a nécessité des investissements importants ainsi que plusieurs années de développement. Les technologies qu’elle contient sont brevetés par l’entreprise et en constante évolution.

Une amplification taille réduite

La Phantom s’appuie notamment sur deux d’entre elles

  • l’ADH (Analog Digital Hybrid) qui repense l’étage d’amplification à l’aide d’une hybridation entre l’amplification analogique et l’amplification numérique.
  • SAM (Speaker Active Matching) qui repose sur l’adaptation des amplificateurs au profil audio des enceintes utilisées.

Pour la Phantom, les ingénieurs de Devialet ont ainsi dû miniaturiser le circuit ADH pour réduire la surface de sa puce de 200 cm² à 1 cm². Chacune des 2 puces ADH intégrée au Phantom traite au final 2 canaux audio afin d’alimenter les 4 haut-parleurs au total.

Toujours plus de basses

La technologie HBI (Heart Bass Implosion) quant à elle a été spécifiquement mise au point pour l’enceinte Phantom afin de lui permettre de délivrer des basses puissantes et a nécessité le développement de nouveaux types de haut-parleurs de graves, capables de résister aux contraintes d’encombrement. Devialet assure que le résultat est 4 fois plus puissants que les autres produits du marché mais 6 fois plus compact et 6 fois plus léger.

Une expérience utilisateur très similaire entre les deux enceintes

Vraiment peu de chose sépare les deux enceintes de la marque de ce point de vue. En dehors de l’analogique, elles passent toutes deux par les mêmes applications et modes de connexion. Dans le cas de la Phantom I, une télécommande est incluse à l’achat. Elle brille cependant plus par son design que par son utilité. En effet, un contrôle plus complet peut être effectué depuis l’application Devialet, peu importe le modèle et le nombre d’enceintes en marche. Se voulant plus pratique la Phantom II intègre quelques commandes tactiles pour gérer le volume, la pause, l’appairage à l’application et la connectique utilisée. Concernant les accessoires, la Phantom I compte plus de cordes à son arc. En plus des trépieds, housses et fixations murales communes, le modèle est compatible avec un socle qui masque le câble d’alimentation. “Tree” est disponible en blanc sur le site Devialet pour 349 euros.

Devialet a ajouté à ses accessoires le boitier Arch, il permet notamment aux enceintes Phantom d’être connecté à une platine vinyle.

Deux Phantom I sur le socle Tree

Phantom I vs Phantom II : laquelle choisir ?

Phantom IPhantom II
500 W RMS / 1100 W RMS350 W RMS / 400 W RMS
103/108 dB SPL à 1 mètre95/98 dB SPL à 1 mètre
16Hz – 25kHz / 14Hz – 27kHz18Hz-21kHz
Airplay 2
Spotify Connect
Bluetooth : Profils A2DP et AVRCP, Codecs audio AAC et SBC
Roon Ready (Entrées jusqu’a 24bits/96kHz)
UPnP Renderer (Entrées jusqu’a 24bits/96kHz)
Entrée numérique optique Toslink (Entrées jusqu’a 24bits/96kHz)
Airplay 2
Spotify Connect
Bluetooth : A2DP and AVRCP profiles, AAC, SBC audio codecs
Roon Ready (Hi-Res : 24bits/48kHz)
UPnP Renderer (Hi-Res : 24bits/48kHz)
Entrée jack analogique / optique (Hi-Res : 24bits/48kHz)
Wi-Fi Dual-band (a/b/g/n/ac 2.4GHz & 5GHz)
Ethernet RJ-45 10/100/1000 Mbps (Gigabit)
CPL Homeplug AV2
Wi-Fi Dual-band (a/b/g/n/ac 2.4GHz & 5GHz)
Ethernet RJ-45 10/100/1000 Mbps (Gigabit)
CPL Homeplug AV2
Iconic white & Matte black / Iconic white & Gold & Opéra de ParisIconic white & Matte black & Opéra de Paris

La Phantom I : l’expérience à tout prix

Si les enceintes Phantom I et II possèdent de nombreux points communs, une différence est difficile à oublier : le prix. Comptez 1890 euros minimums pour une Phantom I auxquelles 900 euros supplémentaires sont nécessaires pour bénéficier du summum de son potentiel. Le calcul est encore plus douloureux pour une écoute en stéréo, car une Phantom I revient plus chère qu’une paire d’enceintes hi-fi haut de gamme. Certes la paire en question ne possède ni la puissance propre à Devialet ni une connectivité sans fil, mais apporte un son stéréophonique dépourvu de latence. A cela s’ajoute le prix des accessoires pour adapter l’enceinte à son environnement comme le socle ou le trépied. La Phantom I se destine donc à un public sensible à son esthétique et prêt à vivre l’expérience que propose la marque sans trop se soucier du prix. Pour finir, étant plus puissante, la Phantom I est idéal pour des grandes pièces ou pour impressionner ses invités au cours d’une soirée.

La Phantom II : le compromis

Sans trop de surprise, le modèle réduit made in Devialet est tout à fait convaincant en stéréo. Bien qu’elle reste chère, une paire de Phantom II descend la barre des 2000 euros pour la 95 dB et celle des 3000 euros pour la 98 dB. La fixation murale « Gecko » et le trépied demeurent eux aussi moins onéreux pour la Phantom II. Moins puissante que sa grande sœur, elle n’en reste pas moins spectaculaire, tant sur le taux de distorsion que sur la profondeur des graves. Le fait que la Phantom II possède les caractéristiques fortes de Devialet dans sa technologie et son design pour un prix plus abordable en fait un compromis efficace entre expérience Phantom et stéréo. En revanche, ces deux enceintes souffrent de problèmes similaires à leurs aînés concernant la latence. Une utilisation autre que musicale risque par exemple de décevoir les cinéphiles.

Paire de Phantom II sur trépieds Legs

Pourquoi les Phantom sont elles si cher ?

Les enceintes Devialet sont un véritable concentré de technologies, l’entreprise revendique notamment le dépôt de 108 brevets depuis sa création en 2007. C’est cet ensemble qui permet à des enceintes d’un volume plutôt faible de posséder un pouvoir d’amplification aussi important.

Après plusieurs années d’existence, le succès a-t-il été au rendez-vous ?

Devialet n’a pas dévoilé ses comptes, mais annonce plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires et une croissance entre 30 et 50 % chaque année depuis trois ans. La Phantom Gold aujourd’hui Phantom I 108 dB représentait à elle seule 80 % des ventes en 2020.

Les enceintes Phantom sont-elles les seuls produits Devialet ?

En plus d’une gamme d’amplificateur Expert antérieur aux fameuses enceintes, l’entreprise a commercialisé ses écouteurs sans fils Gemini en automne 2020.

[Total: 52 Moyenne: 5]
Sources & crédits

Source(s) : https://www.devialet.com/fr-fr/ https://www.lesnumeriques.com/enceintes-home-cinema/devialet-phantom-reactor-900-w-p49171/test.html https://www.lesnumeriques.com/platine-musicale-serveur-audio/devialet-gold-phantom-p39415/test.html https://www.01net.com/tests/test-devialet-phantom-reactor-l-enceinte-compacte-qui-va-faire-trembler-vos-murs-6160.html https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/devialet-une-melodie-pour-tous-1179795 https://www.mba-multimedia.com/avis-test-devialet-silver-phantom/#Le_son

Partager
A propos de l'auteur

Issu d'une formation en information-communication, j'aspire à devenir journaliste. L'innovation et le progrès technologique sont des enjeux immenses sur les lesquels je souhaite apprendre et écrire.