La place de la France sur la carte mondiale des objets connectés

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Où en est l’internet moderne? Cette carte explique mieux qu’un long discours l’ensemble des statistiques qu’on pourrait trouver sur le sujet. Les points rouges représentent la densité la plus élevée en appareils pouvant se connecter à Internet, dont les objets connectés font évidemment partie.

Carte des objets connectés :

Cette carte a été réalisée le 2 Août 2014 par John Matherly, le fondateur de Shodan, le moteur de recherche des objets connectés utilisé par les hackers pour identifier des installation peu ou mal protégées. John Matherly se définit lui même comme un cartographiste de l’internet mondial ; par l’intermédiaire de Shodan, il a entreprit un travail titanesque de catégorisation et de l’internet en intérogeant au hasard des milliers d’adresses IP chaque jour (des “pings”) et en classifiant les réponses positives qu’il obtient.  Un ping est un utilitaire réseau qui adresse à une machine un paquet de données en guise de requête d’écho. Si la réponse est positive, Shodan catégorise cette machine selon le type d’appareil, les protocoles de sécurité utilisés, etc.
carte-objets-connectes-shodan
Selon Matherly, cette carte est rapide à faire mais plutôt représentative des marchés porteurs pour l’internet des objets : “Cela m’a pris moins de 5 heures pour réunir les données, et ensuite douze heures pour générer l’image.” Pour réaliser sa carte, Matherly explique qu’il a utilisé la bibliothèque matplotlib et le langage de programmation Python. Avec ce camaïeu d’objets connectés appliqués à la carte du monde, le fondateur de Shodan fait donc une saine concurrence à la carte publiée l’an dernier par Caida (mais pas très légale celle-ci).

A propos de Shodan :

Shodan aussi est connu pour ses usages à la limite de la légalité. Avec le moteur de recherche de John Matherly on peut ainsi tomber sur tout un tas d’objets connectés plus ou moins intéressants, de l’électroménager connecté aux routeurs sans fil, en passant par des appareils beaucoup plus stratégiques… comme le tableau de bord de centrales électriques ou d’usines de traitement des eaux. Son fondateur explique que Shodan n’a pas été pensé pour commettre des actes malveillants mais pour aider les fabricants à suivre l’usage de leurs objets connectés. A l’instar du moteur de recherche Thingful, Shodan permettait au départ simplement d’organiser et de référencer les objets connectés de la planète.
Mais les informaticiens talentueux (et malintentionnés) se sont saisis de cet outil pour trouver rapidement les appareils dont les accès sont les plus vulnérables ou carrément non-sécurisés. Les découvertes de hackers sur le moteur de recherche Shodan sont ainsi susceptibles de poser d’importants problèmes de sécurité et plus généralement de violation de la vie privée des possesseurs de ces objets connectés mal protégés.

Et la France ?

La France dans tout cela ne fait pas exception aux autres pays développés. On voit clairement qu’elle est en pointe en matière d’objets connectés, mais la sécurité des objets connectés continue d’être mal appréhendée par les utilisateurs, qui s’exposent à des attaques venues de l’extérieur. En France, c’est évidemment la domotique et la santé connectée qui sont plébiscités par les français.

source : gizmodo.com

Partager
A propos de l'auteur