Brillo : Google veut développer un OS pour l'internet des objets basé sur Android

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Google travaillerait actuellement à l’adaptation d’Android pour créer Brillo, une version nécessitant peu de mémoire vive et destinée à opérer les milliards d’objets connectés qui déferleront bientôt dans nos vies.

Selon The Information, Google développerait actuellement une version d’Android baptisée Brillo et dédiée à l’internet des objets. Le but de cet énième déclinaison de son système d’exploitation serait pour Google de proposer une version très peu gourmande en ressources pour adresser un des marchés principaux de l’internet des objets. Encore plus optimisé qu’Android Wear, Brillo se concentrera principalement sur des applications simples, spécialement pensées pour les objets connectés.

Cet OS serait donc conçu pour tourner sur des appareils de très faible puissance, dotés de 32 ou 64 Mo de RAM contrairement aux 512 Mo minimum requis pour la version « classique » d’Android.

google-brillo-android

Un marché énorme :

L’internet des objets est promis à une explosion rapide –le nombre d’objets connectés dans le monde devrait atteindre les 26 milliards en 2020, contre 900 millions en 2009 selon Gartner– mais le manque de standardisation pèse également sur l’interopérabilité. Plusieurs écosystèmes s’affrontent actuellement. Et les systèmes opératoires sont d’excellents moyens pour certains acteurs de s’assurer un rôle prépondérant dans l’avenir de l’internet des objets.

Samsung a par exemple annoncé au CES 2015 qu’il abandonnait Android dans ses télévisions au profit d’un OS maison : Tizen. Le fabricant chinois Huawei a aussi annoncé hier qu’il proposerait un OS de 10 Ko adapté aux usages de l’internet des objets.

google-android-robot-silicon-valley

De son coté, Google est déjà présent dans tous les segments de l’IOT avec Android Auto pour les voitures connectées, Android Wear pour les smartwatches et autres wearables, Android TV pour les télévisions connectées. Pour tout le reste, comme les serrures connectées, Google proposera donc un moyen pour ces appareils de démarrer et d’utiliser une SoC (System on Chip) afin de de gérer l’entrée et la sortie des habitants, grâce à une nouvelle itération de son système basé sur Linux.

Via

Partager
A propos de l'auteur