M2M

LoRa Alliance : Bouygues veut 500 villes couvertes en M2M avant fin-2015

Pinterest LinkedIn Tumblr +

On parlait d’objets connectés ce matin à Paris, en présence de Geoff Mulligan, Président de l’Alliance LoRa, Olivier Roussat (PDG de Bouygues Telecom) et de Patrick Sevian, Président de Sagemcom.

Les responsables de Bouygues et de Sagemcom ont convié la presse et quelques invités à une découverte du réseau LoRa de Bouygues Telecom pour l’internet des objets. Durant 1h30, les intervenants ont passé en revue les différents bénéfices, applications et perspectives de leur solution M2M pour les objets connectés.

lora-alliance-conference-paris - 2

Pour rappel La LoRa Alliance est une association d’entreprises pour promouvoir la technologie LoRa et déployer un réseau opéré mondial utilisant ce mode de communication bas-débit et basse-consommation (LPWA) pour faire communiquer les objets connectés.

Annoncée en janvier 2015 au CES, l’Alliance LoRa a publié les spécifications de son protocole de communication LoRaWAN R1.0 en juin dernier.

A propos de l’Alliance

Les membres de l’Alliance sont des opérateurs, des intégrateurs et des fournisseurs de solutions IoT. De grands acteurs internationaux ont souhaité rejoindre la LoRa Alliance parmi lesquels IBM, –qui va investir 3 milliards dans l’internet des objets–, Kerlink, Cisco, Schneider Electric, HP, Eolane et bien entendu Semtech. Du côté des opérateurs télécom, on recense Proximus, mais aussi Swisscom, KPN, et Bouygues Telecom.

En juillet, l’américain Senet, a annoncé avoir d’ores-et-déjà installé 50 points hauts (dont trois dans la Silicon Valley) assurant une couverture d’environ 40 000 km2. Senet installera plus de 200 antennes (base-stations) au cours de 2015 et compte accélérer le déploiement tout au long de l’année 2016.

Bouygues compte en faire de même en France, comme Orange selon les déclarations récentes de son PDG Stéphane Richard. L’objectif est de créer à terme un réseau planètaire pour faire communiquer les objets connectés facilement et à moindre coût.

lora-alliance-conference-paris - 1

Quelles progrès pour LoRa Alliance ?

Au cours de son intervention ce matin à Paris, Geoff Mulligan a rappelé la vocation de l’Alliance qu’il préside, son engagement fort envers les opérateurs et son rôle dans le cadre de la certification des objets connectés avec LoRa.

En dépit d’une trentaine de pilotes entre Bouygues Telecom et des acteurs industriels de premier plan, les exemples concrets manquent toujours… Le président de l’Alliance LoRa a rappelé la difficulté de leur faire évoquer publiquement leurs projets dans l’internet des objets… invoquant la culture du secret de ces acteurs.

Seul client heureux de partager son bref retour d’expérience : Colas Rail, qui évoque 2 cas d’usages de LoRa dans son métier.

lora-alliance-conference-paris - 5

Le premier concerne le pilotage de la disponibilité des places de parking, facilité par l’absence de répéteurs et de concentrateurs. La transmission de l’information s’effectue directement du capteur au système d’information.

Le second exemple évoqué concerne les trackers qui équipent le matériel de chantier dans le cadre d’applications de monitoring de parc d’équipements déployés sur le terrain. On pense aussi aux cas d’une éclisse connectée, permettant de mesurer le couple de serrage des boulons pour éviter un drame similaire à celui de Bretigny.

De son coté Sagemcom, qui produit 25 millions de terminaux pour le compte des opérateurs, a rappelé les qualités intrinsèques de la technologie LoRa vis à vis des solutions concurrentes, notamment sur le plan de la géolocalisation. Sagemcom produit désormais des dispositifs de comptage (compteurs eau, gaz, etc.) qui par définition sont souvent enterrés et difficile d’accès.

La société souligne grâce à cela les propriétés de réception de LoRa et la faible consommation d’énergie permettant des autonomies longues sans maintenance.

Bouygues en France :

Olivier Roussat a réaffirmé l’objectif de couverture de 500 villes en France à la fin de l’année 2015, permettant de connecter 500.000 objets au début 2016. On sait déjà que Paris, Marseille, Lyon, Lille, Nice, Rennes, Nantes, Montpellier et Angers seront couvertes, de même que Grenoble et Toulouse… mais Bouygues ne communique toujours ni carte ni dates d’entrée en fonction de ces réseaux… tout en rappelant que c’est pourtant rapide et facile :

Du coté des autres opérateurs en revanche, on n’a aucune idée de la vitesse de déploiement de réseaux similaires hors des frontières de l’hexagone. Les promesses de développement ne semblent pas à l’ordre du jour.  Proximus et KPN pourraient annoncer leur calendrier de déploiement à l’occasion d’un évènement fixé le 9 Novembre à Rotterdam.

lora-alliance-conference-paris - 4

Les opérateurs internationaux se sont tout de même accordé sur la question du roaming international. L’évolution des spécifications de la norme (LoRaWAN 1.1) sera annoncée en Décembre prochain pour garantir l’inter-opérabilité des objets connectés en LoRa dans l’ensemble des pays.


Au sujet d’Orange, qui annonce qu’il utilisera LoRa mais ne rejoint pas l’Alliance LoRa pour le moment, Geoff Mulligan s’est montré confiant. Il a rappelé que l’adhésion n’est pas obligatoire mais qu’il la considère comme fortement conseillée pour être intégrée aux processus de développement du standard.
Olivier Roussat (Bouygues) a quant à lui évacué la question d’une collaboration avec Orange sous la forme d’une itinérance des 2 réseaux.

De même sur la question de la cohabitation avec les autres consortiums, le président de l’Alliance LoRa s’est montré rassembleur avec toutes les technologies ouvertes. Il voit par exemple Thread comme une bonne solution, adaptée aux courtes communications dans la maison tandis que LoRA tire son épingle du jeu dans le cadre de longues communications hors de la maison.

lora-alliance-conference-paris-7

Partager
A propos de l'auteur