Avec l'aide de BMW, le chinois Baidu veut développer sa voiture autonome

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le vice-président de Baidu, immense groupe chinois spécialisé dans la recherche en ligne, a assuré qu’il présenterait une technologie de voiture autonome avant la fin de l’année, notamment grâce à un partenariat avec l’allemand BMW.

 Le groupe Baidu ne brille certes pas par l’originalité de ses idées (mais c’est culturel, il parait…), en revanche, il a prouvé sa capacité à faire émerger des concepts technologiques révolutionnaires, dans le sillage de ses compatriotes Xiaomi et Alibaba. Baidu est le moteur de recherche principal en Chine, car les services de recherche et de messagerie de Google y sont bloqués. Mais comme la Google Car, le groupe pékinois indique qu’il veut lancer lui aussi sa voiture autonome. Pour cela, il s’appuiera avec son partenaire régulier, le constructeur automobile allemand BMW.

baidu-moteur-recherche

La Chine et les voitures autonomes

Plusieurs autres géants de l’internet chinois collaborent déjà avec l’industrie automobile pour mettre au point des technologies de véhicules intelligents, Alibaba planche aussi sur une voiture hyper-connectée qui serait capable d’apporter des cartes interactives, des services de communication et de divertissements à bord. De son coté, Tencent (propriétaire de l’app WeChat) a récemment levé le voile sur un projet de voiture connectée, lui aussi.

L’intérêt de BMW

Les recherches de BMW en matière de véhicules électriques et de voitures autonomes offrent à l’allemand un savoir-faire unique. Les véhicules intelligents de la marque ont déjà parcouru des milliers de kilomètres d’autoroutes outre-Rhin. BMW prévoit désormais d’étendre ses tests et son dispositifs aux principales villes chinoises grâce à la bienveillance de Baidu. Le constructeur bavarois espère ainsi profiter de l’expansion rapide du marché Chinois, accompagné par la construction de nombreuses autoroute dans le pays.

bmw-remote-valet-parking-assistant-2

Les associations nécessaires

Pour mettre en oeuvre sa stratégie, BMW a toutefois besoin d’un partenaire local, capable de lui fournir des cartes haute-résolution afin de déterminer les paramètres de conduite de son système. Cela tombe bien, puisque Chinois et Russes développent leur propre technologie de géolocalisation (une alternative au GPS américain) et seraient ravi de le proposer au fabricant allemand.

A terme, les constructeurs devront systématiquement s’associer à des entreprises de télécommunication, pour la bonne et simple raison que leurs véhicules autonomes devront télécharger un grand nombre de cartes détaillées via le réseau cellulaire de ces derniers.

Via & ArsTechnica

Partager
A propos de l'auteur