[Big Data] Vos données : la nouvelle mine d'or de l'internet des objets !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

1000 milliards d’euros, 8% du PIB de l’Union Européenne : c’est ce que vaudrait les données des Européens en 2020. Une mine d’or pour l’Internet des Objets. Pourquoi accorde-t-on une telle importance aux données ? Que peuvent en tirer les entreprises et citoyens ?

A quoi servent vos données personnelles ?

Si les données ont aujourd’hui tant de valeur, c’est parce que les entreprises peuvent les utiliser comme levier de monétisation. Aujourd’hui, posséder des données sur ses clients ou sur le marché adressé est un avantage compétitif. Les entreprises peuvent en effet utiliser les données à deux échelles : à l’échelle microscopique et à l’échelle macroscopique.

big-data-thumb

A l’échelle de l’individu :

L’échelle microscopique est celle de l’individu. Les entreprises peuvent utiliser les données à cette échelle pour accroître la fidélité clientèle, augmenter ses ventes ou pour générer une source additionnelle de revenue en vendant un espace publicitaire ciblé. En effet, posséder des données sur ses clients permet de construire son profil psychologique et ainsi personnaliser le service que l’entreprise construit autour de son client, ce qui fidélise la clientèle. Par exemple, Google Actualités enregistre vos préférences d’articles selon les différentes catégories (France, International, Sport, Technologie…) et se sert de ces données pour vous proposer plus d’articles dans les catégories qui vous intéressent en règle générale le plus. L’utilisateur accorde donc plus de valeur en regardant les actualités sur Google Actualités parce qu’un plus grand nombre des articles qui lui sont proposés l’intéressent. Posséder des données sur ses clients permet également de proposer d’autres offres adaptées à ses préférences et par conséquent augmenter la performance du service marketing de l’entreprise et augmenter les ventes. A l’échelle microscopique, de telles données peuvent être utilisées pour cibler le profil psychologique du client et vendre ses espaces publicitaires (sur le site internet de l’entreprise, l’application mobile de l’entreprise…) à un prix plus élevé. Les plateformes de AdExchanges (système d’enchères entre les annonceurs qui veulent afficher des publicités et les displayers qui ont des espaces publicitaires à pourvoir) privilégient les publicités ciblées car elles ont en moyenne un plus grand impact. C’est d’ailleurs ce que font Google (publicité ciblée selon le contexte, à savoir la recherche en ligne) ou Facebook (publicité ciblée selon le profil).

A l’échelle d’un collectif :

L’échelle macroscopique est celle de l’ensemble des individus. Utiliser les données à cette échelle apporte souvent moins aux entreprises mais pose beaucoup moins de problèmes juridiques et de confiance-utilisateur. En combinant les données que les entreprises ont sur chaque individu, elles peuvent créer des métadonnées, traduisant des tendances générales de comportements ou préférences utilisateurs. La quantité de données à analyser étant colossale et en constante augmentation, des compétences Big Data sont nécessaires pour faire sortir ces tendances. Lorsque de telles tendances de comportements ou préférences utilisateurs captées sont directement liées au métier de l’entreprise, elles peuvent orienter sa stratégie ou ses opérations de marketing dans la bonne direction, en répondant mieux aux attentes de ses clients. Lorsque ces tendances captées ne concernent pas directement le cœur de métier de l’entreprise, elles peuvent être monétisables et vendues à des entreprises tierces.

big-data-2

Partage de vos données : quel intérêt, quels risques ?

Un récent rapport de l’opérateur télécom britannique Vodafone estime qu’aider les consommateurs à vendre leurs données personnelles pourrait générer 21 milliards d’euros pour l’économie du Royaume-Uni, entreprises et particuliers, ce qui montre que la valeur des données peut être répercutée sur les entreprises, mais aussi sur leurs possesseurs. Mais quel est l’intérêt pour les particuliers de confier leurs données ?

Premièrement, l’intérêt peut être économique. Nous pouvons imaginer que les données deviennent directement monétisables et que les particuliers pourraient confier des données personnelles aux entreprises moyennant rémunération. Le bénéfice peut également concerner la qualité de vie de l’individu : s’il donne des données sur lui, le service que lui proposera l’entreprise sera personnalisé et il en tirera plus de valeur (ce bénéfice ne s’applique que si l’entreprise en question, consciente de cette augmentation de valeur perçue, n’augmente pas ses prix). Même les publicités peuvent s’avérer pertinentes, plutôt que nuisibles, pour un individu qui confie ses données.

Evidemment, certains risques sont associés à la transmission de données sur sa personne. D’abord les entreprises peuvent les utiliser pour manipuler les individu (manipulation par des publicités qui incitent à l’achat alors que les besoin est inconscient et pas forcément ressenti). De plus, certaines données sensibles pourraient être divulguées, de manière volontaire ou par piratage informatique.

big-data-3

L’internet des objets va faire exploser la valeur des données :

L’internet des objets va accroître la valeur et la place de la donnée dans les entreprises. Les objets connectés vont en effet récolter beaucoup plus de données sur les individus, le nombre de data utilisables et monétisables va donc augmenter. Mais c’est également la qualité des données récoltées qui va s’accroître : les objets connectés peuvent ajouter une dimension qui n’existait que peu auparavant, la dimension contextuelle. Les données concernaient traditionnellement le profil de l’individu, elles concernent maintenant l’endroit où il se trouve ainsi que l’utilisation qu’il fait de tel ou tel objet.

Les data peuvent même être considérées comme un Business Model à part entière ! Dans un précédent article où nous parlions des Business Model associés à l’Internet des objets, nous avons décrypté le modèle Hardata. Comme son nom l’indique, il est né de la rencontre entre Hardware et Big Data. En effet, de plus en plus d’objets connectés mesurent des quantités gigantesques de données à des fins de prévision, d’analyse ou de prédiction, notamment dans la domotique, le quantified self ou la santé connectée. Les données générées par l’usage de leurs produits représentent une manne financière énorme, bien supérieure au prix intrinsèque de l’objet connecté vendu au départ : on peut ainsi imaginer qu’un jour, certaines startup baseront leur principe de monétisation non plus sur la vente de leurs produits mais sur l’exploitation commerciale des données générées par ceux-ci.

credits images : shutterstock 1 2 3

[yop_poll id=”6″]
Partager
A propos de l'auteur