"-Plus de 200 millions de cartes de paiement sans-contact en Europe" Axelle Lemaire

Pinterest LinkedIn Tumblr +
Ce matin, Axelle Lemaire donnait une conférence de presse sur le « Paiement sans-contact » au Ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, à Bercy.
Plus souple et plus pratique, la carte bancaire de paiement sans-contact –qui permet de régler des achats à quelques secondes au-dessous de 20 euros– ou les téléphones équipés d’une application de paiement sans contact vont permettre d’apporter de nombreux services supplémentaires à l’avenir.
axelle-lemaire-paiement-sans-contact-nfc-1
En Europe, ce sont ainsi déjà plus de 200 millions de cartes bancaires de paiement sans-contact qui sont en circulation (30 millions en France), utilisées au quotidien, et qui facilitent la vie de nombreux consommateurs et commerçants de l’Union Européenne, qui gagnera 400 M€ grâce à l’internet des objets en 2015.
Axelle Lemaire, Secrétaire d’état au Numérique, a commencé par rappeler l’importance du marché du paiement sans-contact en France. Elle relève qu’1,64 millions de transactions sans-contact ont par exemple eu lieu dans les boulangeries l’an dernier, devant la restauration rapide, les épiceries, les supermarchés, les restau et les cafés.
Selon Olivier Piou, DG de Gemalto et en charge du plan Services Sans-Contact dont une partie est consacrée au Paiement, le profile sociologique type de l’usager du paiement sans-contact en France est une femme de 58 ans (et ne l’appelez pas “ménagère“). Selon la Ministre, l’enjeu est avant tout de développer le plus rapidement possible la compatibilité auprès de l’ensemble de la population et des commerçants français.
axelle-lemaire-paiement-sans-contact-nfc-2
Olivier Piou estime que l’ensemble de la population sera équipé de cartes)bancaires de paiement sans-contact à partir de 2016. En revanche, Axelle Lemaire relève que seulement 20% des commerçants équipés de terminaux de paiement compatibles proposent effectivement le paiement sans-contact à leurs clients. Cela représente tout de même 120 millions d’euros dépensés par ce biais en 2014, pour un panier moyen avoisinant 11€.
Pour terminer, elle insiste surtout sur la notion d’écosystème :
“Avec le sans-contact, je le dis aujourd’hui à tous les acteurs, il faut jouer collectif ! Aux industriels de garantir la sécurité, aux banques la responsabilité du déploiement des moyens de paiement compatibles. Et aux commerçants de jouer le jeu en s’équipant progressivement. De toute façon, si les acteurs de la filière ne collaborent pas, des startups de la #FrenchTech viendront faire le travail.”

Sécurité du paiement sans-contact :

Bruno De Laage (responsable du groupement des cartes bancaires) indique aussi que le paiement par cartes ne génère que 0,01 de fraudes de paiements. Le sans-contact ne devrait donc pas générer une augmentation massive des fraudes, contrairement à l’idée répandue.
Le plafond de paiement fixé à 20€ est selon lui une sécurité, complété par un procédé qui consiste, au delà de 50 à 100€ de paiements dans un certain laps de temps, à redemander obligatoirement le code confidentiel au consommateur. Un processus qui peut aussi intervenir au hasard pour se prémunir de fraudes de grandes ampleur.
axelle-lemaire-paiement-sans-contact-nfc-3

Virtualiser sa CB dans son smartphone :

Le smartphone peut aussi embarquer une virtualisation de la carte bancaire afin de payer sans-contact à l’aide de son téléphone.  Déjà, plus de 50% des mobiles vendus en France sont compatibles avec le NFC et le paiement sans-contact. Le mobile devrait ainsi à terme représenter la majorité des usages liés au paiement sans-contact puisqu’il s’agit d’un accessoire que nous possédons (presque) tous et qui réuni à la fois la consommation physique et l’e-commerce.

Lire aussi :

Ingenico inaugure l’acceptation du paiement sécurisé dans des objets connectés
Partager
A propos de l'auteur