Atmel invente une puce ARM dont l'autonomie se compte en décennies !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Atmel a développé un micro-contrôleur qui consomme tellement peu qu’il peut fonctionner pendant des années sans remplacer sa source d’alimentation.

L’autonomie des objets connectés est un des principaux facteurs limitants pour le développement de l’internet des objets auprès du grand-public. Leur consommation électrique et leur temps de rechargement est de nature à considérablement limiter leurs usages et leur succès. L’Apple Watch est d’ailleurs dans la tourmente à ce sujet puisque son autonomie insuffisante a contraint Apple à brider les possibilités offertes aux développeurs afin de se prémunir d’une éventuelle mauvaise presse.
Au delà, l’augmentation rapide du nombre d’objets connectés en circulationGartner en prévoit plus de 25 milliards à l’horizon 2020– crée de nouvelles interrogations quant à la gestion du parc de production d’électricité. Les objets connectés générant aussi des milliards de Go de données, utilisées dans le cadre du Big Data, il faut également alimenter les immenses data-centers qui permettent leur stockage sécurisé.
atmel-arm-puce-energie-havesting
Pour palier les problèmes de consommation des objets connectés,  des entreprises travaillent déjà à des technologies permettant le rechargement rapide des objets connectés mais d’autres ont pris le parti de réduire drastiquement leur consommation. C’est ainsi qu’Atmel a mis au point une puce ARM capable de tenir plusieurs décennies avec sur seule charge !

Atmel révolutionne la consommation électrique :

Atmel vient en effet de mettre à disposition des développeurs les premiers modèles d’une plateforme annoncée au CES et baptisée SAM L21 ARM Cortex-M0+, un MCU qui ne consomme que 35 microampères / MégaHertz en fonctionnement (Comprenez : très très très peu!) et 200 nanoampères en veille… En moyenne, les microcontrôleurs actuellement utilisés consomment tous entre 120 à 160 microampères/ MHz.
La plateforme proposée par Atmel est donc suffisamment économe en électricité pour pouvoir être alimentée par des techniques de récolte d’énergie (ou Energy Harvesting) exploitant les variations de température, les vibration, ou les rayonnement UV.

Via – image : shutterstock

Partager
A propos de l'auteur