Et Voilà! Les assurances US proposent un Fitbit en échange de réductions !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les objets connectés intéressent de près les compagnies d’assurance, et pour cause. Ceux-ci pourraient considérablement faire évoluer leur mode de tarification, jusqu’à remettre en cause le principe de mutualisation des risques.

Dans l’automobile comme dans la santé, on se demande comment l’assurance pourra s’adapter au port de nombreux trackers d’activité et au quantified self généralisé. En France, on a vu des initiatives de la part de d’Axa et Withings en 2014, puis d’Allianz, qui offre un détecteur de fumée Nest à ses nouveaux clients.

assurance-habitation-protection-alarme-smarthome

Mais aux Etats-Unis –où la santé est majoritairement une problématique laissée à la responsabilité de chacun– on n’hésite déjà plus à aller un cran plus loin… Comme l’a fait StateFarm dans le Smart Home, l’assureur John Hancock (qui propose des assurances vie) offre désormais une remise allant jusqu’à 15% aux clients qui atteindront leur niveau d’exercice quotidien à l’aide d’un capteur d’activité Fitbit.

L’objet connecté sera réglé pour transmettre automatiquement les données clients à la compagnie d’assurance, qui classera ses résultats tout au long de l’année. Une bonne performance globale déclenchera l’obtention de remises importantes.

En plus d’économiser de l’argent, les clients de la compagnie d’Assurance Vie John Hancock recevront des lots intermédiaires à titre d’incitation comme des nuits d’hôtel à moitié-prix ou des chèques-cadeau Amazon.

assurance

Un système similaire avait été mis en place en Europe et en Afrique-du-Sud par la société Vitality, qui utilise un grand nombre de vos données d’activité physique couplées aux informations de localisation de votre téléphone pour s’assurer que vous vous rendez bien à la salle de sport, et accorder des réductions.

Dans une interview au au New York Times, Michael Doughty (Président de John Hancock), explique :

“Cette nouvelle façon de vendre de l’assurance pourrait dynamiser tout le marché, qui stagne depuis plusieurs années. L’assurance est en stagnation depuis trop longtemps et les assurés réclament plus d’innovation… nous essayons de répondre à ce besoin en inventant de nouvelles façons de protéger nos clients.”

Et vous, partageriez-vous votre activité physique quotidienne en échange d’une réduction allant jusqu’à 15% du prix total?

[yop_poll id=”23″]

Via

Partager
A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Le débat est délicat, mais au bureau, même si on est fan d’ #IoT, nous sommes contre ces pratiques. Le principe même de l’assurance est d’être égalitaire. Ceux qui n’ont pas de problèmes paient pour ceux qui en rencontrent, et l’un dans l’autre, ça fait un bon équilibre.
    Si chacun se mets à payer uniquement pour sa tête, on va très vite arriver aux limites du système, même si parfois, égoïstement, ça pourrait être tentant.