Retrouver la vue devient possible grâce à Argus II, lunettes connectées de Second Sight

En juin dernier, un oeil bionique a été implanté avec succès sur un britannique de 80 ans, lui permettant de recouvrer partiellement la vue et d’identifier à nouveau visages et objets, une vraie prouesse médicale.

On sous-estime encore trop le potentiel médicale autour des progrès technologique. Ray Flinn, britannique de 80 ans est aujourd’hui la preuve d’un nouveau palier franchi.

argus-glasses

Ce retraité est touché comme plus de 500 000 de ses concitoyens par une dégénération maculaire, une maladie entrainant une perte progressive et parfois importante de la vision centrale : la vue se fait de plus en plus flou.

En Juin dernier, Ray Flinn est devenu l’un des premiers porteurs d’Argus II, un rétine artificielle connectée. A l’aide d’une caméra embarquée sur ces lunettes, les objets et images perçues sont traduites en signaux électriques.

Ces données sont alors transmises de façon sans fil à l’implant se trouvant à la surface de la rétine. Plus vulgairement, il est question d’un flux d’images diffusé à la rétine de l’oeil. Le professeur Paulo Stanga, chirurgien ophtalmologiste au Royal Eye Hospital de Manchester, souligne le succès de cette première mondiale grâce à la capacité d’adaption du patient :

Les progrès du Mr Flinn sont vraiment remarquable. Cette technologie est révolutionnaire et change la vie des patients. En ce qui me concerne, les premiers résultats de ce test sont un succès, et j’ai hâte de traiter plus de patients.

Son porteur peut alors à nouveau discerner objets et visages, réduisant grandement son handicape quotidien. La société californienne Second Sight commercialise Argus II sous une forme de monture en plastique avec un capteur sur une de ses branches pour un prix total de 115 000€.

argus-patients

Via

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest