Apple renforce ses règles d’utilisation en matière de données de santé

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans un article précédant, nous relayions l’information de l’agence américaine Bloomberg selon laquelle Apple aurait approché au moins 2 grandes compagnies privées d’assurance santé aux Etats-Unis : le leader du marché UnitedHealth ainsi qu’Humana. Le but de ces contacts serait d’évaluer comment les contrats d’assurance santé proposés par ces sociétés pourraient bénéficier des données proposées par Apple au travers des données médicales récoltées par ses appareils dans l’application mobile Health intégrée à iOS 8. On se souvient d’une expérimentation récente menée par l’assureur Axa et Withings visant à offrir des capteurs Pulse O2 à 1000 assurés en l’échange du partage de leurs données et moyennant des bons de réductions pour récompenser les comportements vertueux en matière de santé ! Le début de la fin? Pas si sûr…
Alexandre, un lecteur régulier (qui avait critiqué le ton tapageur de notre premier article) nous a fait parvenir l’information complémentaire suivante : Apple serait en train de mettre en place des restrictions dans l’usage des données de santé collectées au sein d’HealthKit avec les plateformes publicitaires… une nouvelle qui devrait rassurer la CNIL 😉
appel-store

Apple pose les bornes :

Un ensemble de règles découvertes au sein de la dernière version d’iOS 8 (bêta) témoignent qu’Apple serait déjà en train de prendre des mesures pour s’assurer que les données de santé sensibles des utilisateurs récoltés par la prochaine API HealthKit restent bel et bien privées. En particulier, Apple veut poser des gardes-fou pour s’assurer qu’elles ne seont pas exploitées par des entreprises dans le but de réaliser des campagnes publicitaires ciblées.

A 10 jours de la conférence de presse Apple prévue le 9 septembre et censée dévoiler le nouvel iPhone ainsi qu’une supposée iWatch, Apple semble prendre les devants et préfère borner le territoire d’expression de ses futurs partenaires. En effet, avec la montre connectée attendue, on devrait rapidement voir s’étendre la panoplie d’applications de santé au sein de l’appstore de la marque, imposant du même coup un renforcement des règles d’utilisation des données de santé de ses utilisateurs, révèle le Guardian 

Ce qu’Apple pourra collecter :

Apple prévoit de pouvoir collecter « la pression sanguine, le rythme cardiaque, et des statistiques sur l’alimentation et l’exercice physique» des utilisateurs dans un ou plusieurs objets connectés dont on ne connaitra la nature que le 9 septembre.

Avant cela et pour ne pas s’exposer aux foudres de ses détracteurs, Apple a donc tenu à clarifier les règles d’utilisation des données pour les développeurs tiers. Les nouvelles règles précisent ainsi que les développeurs « ne doivent pas vendre les données de santé collectées par Healthkit à des plates-formes de publicité ou à des gestionnaires de bases de données ». Les informations peuvent toutefois être partagées à des tiers mais dans le but de la recherche médicale et uniquement si l’utilisateur l’accepte expréssément.

De même, ces données à caractère médical ne pourront être utilisées que pour des applications dont la fonction principale est liée à un bénéfice de santé. En France, de toute manière, la CNIL veille puisque la loi française interdit strictement l’exploitation de données à caractère médical « à des fins de prospection ou de promotion commerciales ».

sources : AppleInsider

via Alexandre CHAILLEUX

lemonde / image : shuttertock

Partager
A propos de l'auteur