Android Things : le nouvel OS de Google dédié à l’Internet des objets

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Google vient d’annoncer Android Things, une version remaniée de son projet Brillo, destiné à piloter les objets connectés de la maison, mais aussi au delà.
Android@Home, Weave, Brillo, Android TV…. les initiatives de Google dans le domaine des objets connectés sont nombreuses. Sans même parler du rachat de Nest (pour $3,2 milliards) et Dropcam en 2014.
En cette fin d’année, Google dévoile Android Things.

Aux cotés d’Android Auto et d’Android Wear, cette nouvelle plateforme ‘light’ d’Android viendra compléter la galaxie Google dans l’internet des objets.
Elle constitue aussi l’aboutissement du projet Brillo : Android Things étant un RTOS, un système d’exploitation pour applications embarquées.
Concrètement, cet OS allégé permet de faire fonctionner des objets connectés avec des applications simples, tout en limitant drastiquement leur consommation d’énergie.

Android Things : pourquoi ?

Google vient d’annoncer qu’une Developer Preview et un SDK seront disponibles pour les développeurs qui souhaitent commencer à prendre la main sur ces nouveaux outils dédiés à l’IoT, afin d’aboutir à la conception de nouveaux objets connectés tournant avec Android Things.
On retrouvera notamment au sein de ces outils, le classique Android Studio, Google Cloud Vision et le protocole Google Weave, permettant de faciliter la communication entre appareils connectés.
[embedArticle id=”39120″ align=right] Concrètement, Android Things ne nécessite que 16 à 32 Mo de RAM pour fonctionner, on pourrait donc le retrouver un peu partout à l’avenir.
Pour Google, Android Things doit devenir la colonne vertébrale de son écosystème IoT, permettant de relier à la fois votre smartphone, votre home-cinéma, les serrures connectées, les appareils électroménagers intelligents ou vos ampoules connectés.

La frugalité des objets connectés

Par ailleurs, comme les objets connectés sont souvent mobiles (wearables notamment) et/ou alimentés par piles… leurs consommation d’énergie est souvent un élément critique qui impacts leur fonctionnement, leur expérience utilisateurs et donc la rétention d’usage.
Google promet ainsi que son OS sera très économe en ressources processeur, mais aussi capable de gérer avec parcimonie les moyens de communication, pour ne pas réduire l’autonomie d’un objet connecté à peau de chagrin.

Via

Partager
A propos de l'auteur