L'Afnum se veut le syndicat des fabricants d'objets connectés en France

Pinterest LinkedIn Tumblr +

 Annoncée cette semaine, l’Afnum regroupe 3 syndicats professionnels pour représenter toute la filière matérielle et digitale en France et attirer de nouveaux fabricants objets connectés.

Annoncée la semaine dernière par Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat au Numérique, l’Afnum (Association Française des Industries du Numérique) mieux représenter et défendre la filière numérique française, dont les intérêts sont actuellement représentés par plusieurs organisations.

union-hardware-afnum

L’Afnum regroupera dorénavant les intérêts des membres de 3 syndicats professionnels membres de la FIEEC (Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication), dont :

  • le Gitep TICS (industries des télécoms),
  • le Simacelec (électronique grand public),
  • l’USPII-SPEC-SNSII (photographie).

Dès maintenant, l’Afnum rassemble donc près de 60 entreprises (environ 10 milliards d’euros de CA en 2014) et défendra les intérêts de 60.000 salariés en France. Parmi ces compagnies, on trouve notamment Nikon, Apple, Cisco, Sony, LG, Technicolor, Alcatel-Lucent, Ericsson, Toshiba mais aussi des PME spécialisées comme Sequans, dont le PDG-fondateur, Georges Karam, deviendra le premier président de l’Afnum. Ce dernier explique :

“La France compte un nombre important d’acteurs dynamiques sur ce marché émergent, constate Georges Karam. Nous pouvons leur apporter le soutien, le réseau et la représentativité dont ils ont besoin pour grandir, se défendre, parler aux pouvoirs publics ou encore se déployer à l’international. (…) Nous allons travailler avec les autres syndicats professionnels du numérique sur des sujets communs. Nous avons déjà des projets avec le syndicat des composants électroniques.”

georges-karam-sequans-com

Et en effet, les fabricants d’objets connectés ne devraient pas tarder à rejoindre l’Afnum. On pense notamment à Parrot, Withings, Netatmo, etc. En se rapprochant au sein de l’Afnum, tous ces acteurs espèrent également parvenir à peser sur la réflexion des pouvoirs publics sur des chantiers importants pour le développement de l’internet des objets, comme le haut débit mobile. La France et l’Europe ont déjà pris du retard dans les mobiles 4G par rapport aux Etats-Unis ou à la Corée du Sud et les enjeux de la 5G pointent déjà leur nez.

Via – image : shutterstock

Partager
A propos de l'auteur