21 Inc utilisera nos objets connectés pour sécuriser & miner du Bitcoin

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Très secrète sur ses activités, la startup 21 Inc annonce avoir levé $116 millions pour concevoir des micro-puces à intégrer à nos objets connectés pour miner des bitcoins en continu et sécuriser le système Bitcoin.

 En devenant instantanément la startup la plus financée dans le monde du Bitcoin, avec plus de 120 (5 puis 116) millions de dollars reçus, 21 Inc a également dû en dire un peu plus sur son plan de bataille. La start-up prévoit d’utiliser les fonds apportés par Andreessen-Horowitz, Cisco et Mark Templeton (ARM) pour recruter des ingénieurs dans la Silicon Valley et développer son concept innovant. 21 Inc compte proposer des micro-contrôleurs capable de miner des bitcoins en continu dans la journée.

21inc-tablette-b2b

La décentralisation de cette activité au sein de nos smartphones et objets connectés permettra en outre de mieux protéger le système, connu pour être la première monnaie digitale, échappant totalement au contrôle des banques et à la régulation des états.

Des puces pour miner toute la journée

Dans un article de blog, le co-fondateur Balaji Srinivasan explique que l’ambition de 21 Inc est de permettre de miner des bitcoin partout, tout le temps. Ce qui sera rendu possible en intégrant les puces aux futurs appareils électroniques. Ceux-ci partageront tous alors une forme de capacité collective à miner, et aucun serveur ni appareil ne contiendra à lui seul de larges quantités de données sensibles. Cela permettre de décentraliser encore un peu plus le système Bitcoin, en le faisant reposer sur des milliers voire des millions de périphériques.

bitcoin-21-inc

Chaque appareil, à son échelle et selon sa capacité de traitement, sera ainsi amené à réaliser des calculs permettant que Bitcoin existe. Des transactions seront également possibles entre à ces appareils, pour payer en bitcoins.

Fonctionnement des Bitcoins

Actuellement, ce sont des super ordinateurs qui ‘minent’ la cryptodevise en masse. Mais sa viabilité se base sur un modèle supposé inviolable d’archivage de transactions appelé blockchain, une sorte de grand livre de comptes fonctionnant sur un mode distribué : tout le monde possède une infime partie de l’information globale. En théorie, le Bitcoin peut donc se passer des tiers de confiance habituels –les banques– et peut mettre à jour les bases de données pour enregistrer les transactions tout en décentralisant leur stockage.

Via – image : shutterstock

Partager

Laisser un commentaire