Dyson veut produire un véhicule électrique d’ici à 2020

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans un email aux employés, l’inventeur britannique James Dyson, patron de la société qui porte le même nom, a annoncé à ses équipes son intention de mettre au point un véhicule électrique d’ici à 2020.
La société va investir un milliard de livres sterling (1,140 milliard d’euros) pour développer une technologie de batteries inédite et un milliard supplémentaire pour repenser le concept de la voiture.

Une décision inédite

Célèbre pour ses aspirateurs sans sac et très couteux, Dyson a annoncé hier avoir l’intention de consacrer 2 milliards de livres à la R&D nécessaire au lancement d’une voiture électrique en 2020.

«Il y a deux ans et demi, j’ai commencé à développer une voiture », a-t-il simplement expliqué devant des journalistes à Londres.

Passionné par l’innovation, le patron-inventeur 70 ans aurait déjà mis à profit les talents de 400 ingénieurs pour mener à bien ce projet. La société Dyson investira donc massivement pour parvenir cette diversification inédite dans l’histoire industrielle.
Connue pour ses aspirateurs, la marque anglaise a progressivement élargi ses activités au fil des ans avec des sèche-mains et sèche-cheveux, des produits de traitement de l’air (ventilateurs, purificateurs, humidificateurs) et plus récemment des luminaires haut de gamme.
Pour autant, elle ne s’était jusqu’à présent jamais encore intéressée publiquement au transport de personnes.

Un plan ambitieux et risqué

La nouvelle devrait réjouir les autorités britanniques, qui veulent faire perdurer leur industrie automobile, en dépit du Brexit et notamment grâce à la transformation du parc et à l’émergence des véhicules électrique. Londres serait d’ailleurs enclin à subventionner en partie le projet pour aider le projet de Dyson à aboutir.
Dans sa missive interne, l’ingénieur rappelle qu’il avait tenté de concevoir un filtre à particules pour les moteurs diesel au tout début des années 1990. « A notre grand chagrin, personne n’était intéressé… », tacle le milliardaire, évoquant le scandale du diesel qui agite les constructeurs mondiaux depuis quelques années.

James Dyson n’a pas voulu préciser l’endroit où le véhicule et les batteries seraient assemblés. Cela devrait être soit de l’autre côté de la Manche où il existe des capacités disponibles, soit en Chine. La décision devrait être prise dans les prochains mois.

Via

Partager

Laisser un commentaire