Stanley Robotics révolutionne le stationnement à l'aéroport

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La startup parisienne Stanley Robotics a levé 3,6 millions d’euros à la fin du mois de Mai 2017. Son produit, le robot Stan est un convoyeur autonome destiné à automatiser le stationnement des véhicules personnels dans les parkings. A la clé, d’importants gains d’espace et de couts pour les sociétés exploitantes de ces lieux, notamment dans les aéroports.
Je n’avais encore jamais eu l’occasion d’écrire sur Stanley RoboticsNon pas que j’ignorais son existence –loin de là– mais on en savait encore trop peu sur le fonctionnement du système pour justifier tout le bien que je pense de cette innovation.
Personne n’ignore plus que je suis féru de robotique servicielle B2B (chacun ses passions, hein)… et Stanley Robotics cristallise toutes les raisons pour lesquelles vous devriez l’être autant autant que moi.
Stanley Robotics, robot stationnement autonome
On a beaucoup parlé des navettes autonomes Arma de Navya ou EZ 10 d’Eazymile pour les visites de sites fermés, ou du robot de Dispatch Robotics pouvant circuler sur les pistes cyclable et des drones du programme Amazon Prime Air, pour faire chuter le coût de la livraison du dernier kilomètre.
Le robot Stan de Stanley Robotics a un peu de tout ça, avec un facteur cool en plus : ses applications concrètes se sont concrétisées bien plus vite que 90% des autres robots B2B2C jusqu’ici, et le bénéfice client est évident.

Le robot Stanley Robotics

Le robot Stan développé par la société est l’élément central du service de voiturier autonome actuellement en test à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle.
Les fonds levés récemment par Stanley Robotics [auprès d’Elaia Partners, du fond Ville de demain de BPI France et d’Idinvest Partners] vont contribuer à permettre le déploiement de davantage de ces robots dans d’autres zones aéroportuaires, où le trafic aérien devrait progresser énormément dans les prochaines années.
Imaginez que bientôt, vous vous rendrez à l’aéroport en voiture, laisserez votre véhicule sur une place identifiée et conserverez les clés avec vous avant d’aller tranquillement prendre votre vol.
Pendant ce temps, le robot Stan ira le ranger en sécurité avant de le ramener à l’heur convenue :

« Il suffit au conducteur de garer sa voiture dans un box dédié à l’entrée du parking, puis de s’enregistrer sur un automate à proximité. Une fois le véhicule isolé du public, le robot se met en position, repère les pneus, s’ajuste à la longueur de la voiture, la soulève, puis la transfère », explique la startup à L’Usine Nouvelle.

[fullWidthImage id= »41958″]

Fonctionnement et bénéfices

Evidemment, ce service de voiturier autonome facilite l’arrivée et le départ des voyageurs, qui peuvent stationner au plus près de leur destination. [embedArticle id= »25623″ align= »right »] Ils retrouveront leur véhicule au même endroit à leur retour s’ils ont renseigné les références de leur vol retour.
J’adore le concept, tout autant que l’idée que la plupart des clients n’auront probablement jamais l’intuition que c’est un robot qui va garer leur véhicule ailleurs pendant leur absence 🙂
Mais le bénéfice économique le plus concret est à chercher du coté des sociétés gestionnaires de parkings. Sans allers-venues du public, sans cages d’escaliers ou sans lumière (etc) le service autonome de stanley Robotics permet d’optimiser le stationnement longue durée et ainsi de stocker jusqu’à 50% de véhicules en plus ! Le robot est 100% élecrique et se recharge tout seul.
D’après la startup, sa solution permettrait de repenser entièrement la conception de nouveaux parkings, où la présence du public serait interdite car réservée aux robots de stationnement.
Les contraintes réglementaires applicables à ces lieux seraient alors totalement revues et certainement allégées, divisant par 2 le coût d’une place de parking et multipliant de ce fait la rentabilité de ces espaces.
Stanley Robotics, le robot stationnement autonome
Les journaliste du Parisien ont fait l’expérience « coté voyageur » et semblent conquis. Evidemment, la plus grosse part de ce marché est à l’étranger et le traffic aérien mondial devrait bondir.
En témoignent ces indicateurs :

  • Le traffic aérien mondial a progressé de 6,3% en 2016 – lire ici
  • ADP rehausse ses prévisions de traffic en 2017 – lire ici
  • Air France-KLM a enregistré une hausse de 8,5 % de son trafic passagers en avril 2017 – lire ici

Autant d’arguments qui laissent penser que nous allons encore entendre parler de Stanley Robotics dans les prochains mois 😉

photos © Stanley Robotics

Partager

Laisser un commentaire