Ericsson prévoit 18 milliards d’objets connectés en 2022

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’équipementier suédois Ericsson a publié son dernier rapport sur la mobilité et les objets connectés  (voitures connectées, machines industrielles, compteurs, produits grand public de types wearables, etc.) : les applications de l’IoT devraient croitre de 21% entre 2016 et 2022 à l’échelle mondiale, soit 18 milliards d’appareils au total.
A cette échéance, l’ensemble des appareils connectés à un réseau (y compris les téléphones mobiles, les PC, tablettes) atteindra alors 29 milliards d’unités.
L’édition du rapport Ericsson Mobility Report publié en ce mois de Juin contient également des données sur le déploiement massif de l’internet des objets en ville et la conduite à distance de véhicules grâce à la 5G.

Longue ou courte portée ?

Ericsson distingue les objets qui seront connectés par des technologies sans fil courte portée (Wi-Fi, Bluetooth, Zigbee, etc.) de ceux qui seront connectés à un réseau longue distance (réseau cellulaire 3G, 4G, 5G, NB-IoT et les réseaux LPWA).
Les objets connectés par des technologies courte portée seront largement majoritaires (15,5 milliards en 2022) et leur nombre progressera en moyenne de 20% par an entre 2016 et 2022.[embedArticle id= »37066″ align= »right »]
A l’inverse, les objets connectés à un réseau longue distance seront très minoritaires (« seulement » 2,1 milliards d’objets en 2022 et 400 millions en 2016), mais leur nombre croîtra plus rapidement : +30% en moyenne par an.
Pour Ericsson, les seules connexions à un réseau cellulaire (2G, 3G, 4G, etc.) ont représenté 400 millions d’objets en 2016, dominées par la technologie GSM/GPRS.
Mais, du fait de la standardisation en cours des technologies cellulaires IoT, les réseaux cellulaires devraient représenter 70% des connexions longue distance en 2022, soit alors un total de 1,5 milliard d’objets.

IoT : fiabilité ou frugalité ?

Ericsson distingue les objets connectés à un réseau longue distance en deux catégories :

  • les applications de masse où priment la faible consommation d’énergie, le niveau peu élevé de trafic de données et des appareils peu coûteux,
  • les applications critiques où l’ultra-fiabilité, la disponibilité, la faible latence et le débit de données élevé l’emportent sur toute autre considération.

La diminution des coûts des modems, l’évolution de la fonctionnalité LTE et les possibilités qu’offrira la 5G destinent ces technologies pour les déploiements des applications critiques de l’IoT.

500 millions d’abonnés à la 5G

En matière de téléphonie mobile, Ericsson prévoit une croissance rapide de la connectivité mobile avec un trafic mondial des données mobiles huit fois supérieur au trafic actuel d’ici 2022.[embedArticle id= »41555″ align= »right »]
L’usage des smartphones et la facilité d’accès à des services d’Internet mobile comptent pour une part majeure de ce trafic. D’ici la fin 2022, le trafic total de données mobiles sur smartphones sera multiplié par 9, atteignant ainsi 66 exaoctets par mois.
Sur les six prochaines années, les réseaux haut débit mobiles vont compter près de 2,6 milliards de nouveaux abonnés.
Le nombre d’abonnements 4G augmente plus vite que jamais, l’adoption de la voix sur LTE s’accélère et la croissance du trafic atteint des niveaux que nous n’avons pas connus depuis 2013. En 2018, le LTE (4G) supplantera le GSM, devenant la technologie d’accès réseau qui comptera le plus d’abonnés.
Selon les prévisions d’Ericsson, plus d’un demi-milliard d’abonnements 5G sont attendus d’ici 2022 et près de 15% de la population mondiale devrait être couverte.

source : VIPress.net

Partager

Laisser un commentaire