L'accident d'une Tesla S déclenche une enquête de la NHTSA

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Tesla défend l’efficacité de son assistant de conduite, suite au décès d’un conducteur qui avait activé l’Autopilot de sa voiture électrique lorsque l’accident de la route qui lui a couté la vie est survenu.
Sur son blog, le constructeur californien de véhicules électriques Tesla vient d’annoncer qu’il fait l’objet d’une enquête de l’autorité américaine en charge de la sécurité des transports, suite au décès accidentel du chauffeur de l’un de ses véhicules, soupçonné de circuler en mode autonome grâce à la fonction Autopilot.
Tesla-Model_3_2018_1600x1200

Une enquête de la NHTSA

L’agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) a déclaré avoir ouvert une enquête pour «examen préliminaire» concernant l’Autopilot de Tesla, qui se résume en un système informatique ultra-perfectionné d’assistance à la conduite (maintient d’allure et de trajectoire) que nous avions testé en 2015.
L’Autopilot de Tesla permet à ses berlines électriques de s’auto-conduire mais aussi d’effectuer des manœuvres comme des dépassements et des changements de voie de circulation.
[fullWidthImage id= »33184″]
Après plusieurs cas d’utilisations jugées dangereuses, Tesla avait lui même bridé son système en réduisant les situations dans lesquelles il pouvait être activé.
Malgré cela, on a récemment aperçu un utilisateur endormi au volant de sa Tesla Model S, circulant seule dans les embouteillages :

Pas (encore) une mise en cause

Il y a quelques semaines, l’accident survenu sur une route de Floride, près de Williston, a cependant pris une tournure bien plus tragique : Joshua Brown (40 ans) avait activé l’Autopilot de sa berline lorsque l’accident de la route qui lui a couté la vie est survenu.
Dans son communiqué, Tesla rappelle qu’il ne s’agit nullement d’une mise en cause mais d’une étude préliminaire afin de « déterminer si le système a fonctionné conformément aux attentes ».
Le constructeur rappelle aussi qu’il s’agit du premier accident mortel répertorié sur 130 millions de miles (209 millions de km) parcourus avec l’Autopilot, contre une moyenne mondiale de 60 millions de miles (94 millions aux Etats-Unis) sans la fonction de guidage.

Via

Partager

Laisser un commentaire