Ce bracelet connecté pourrait détecter les coups de déprime

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le bracelet connecté créé par des français pourrait permettre de décèler les symptômes de la dépression afin de diagnostiquer la maladie avec plus de précision grâce aux objets connectés.
Le mal du siècle pourrait-il être traité grâce à l’aide des objets connectés ? Il semble bien que oui.
Si 1 Français sur 5 souffre de dépression, c’est aussi car il s’agit là d’une maladie difficile à repérer, dont les symptômes restent principalement invisibles et les conséquences imprévisibles.
fluxgate-bracelet-connecte-1
Il semble que le bracelet connecté MyndBlue, soit en mesure de permettre son diagnostique précoce pour mieux pouvoir la soigner. Ce projet a été initié suite à un constat simple :

« 350 million de personnes ont des problèmes de santé mentale dans le monde. Mais les docteurs ne sont capables de reconnaître la condition que dans 50% des cas »

Créé par Denis Fomperine (docteur en psychologie clinique) et Pierre Bassaler-Merpillat (ingénieur), ce bracelet connecté antidéprime est l’exemple même de l’application des objets connectés dans la santé. Si cet accessoire permet de décèler les symptômes de la dépression, son apport en terme de santé et de bien-être des patient pourrait être colossal.
Pour remplacer le Lexomil ou le Témesta, les deux inventeurs français débuteront l’expérimentation de leur produit le mois prochain et espèrent ouvrir de nouveaux horizons pour bien diagnostiquer cette maladie souvent mal repérée.
[embedArticle id= »33225″ align= »left »]
C’est Philippe Nuss, psychiatre à l’hôpital Saint-Antoine (Paris – XIIe), qui supervisera l’expérimentation. Il déclare au Parisien :

« Ce bracelet vise à donner l’alerte quand la santé psychique flanche »

Les capteurs intégrés à cet objet connecté parmi les wearables vont mesurer l’ensemble des constantes vitales telles que la tension artérielle, température corporelle, rythme cardiaque, etc. Le recoupement de ces données physiologiques et comportementales constituera une sorte de profil numérique, qu’on comparera aux autres et à lui même dans le temps.
Aujourd’hui, la dépression est sans doute l’une des pathologies les plus mal détectées. Or, on n’est pas obligé d’attendre que le patient soit déprimé pour agir selon les spécialistes de cette maladie… La startup MyndBlue pourrait bien contribuer à cela.

Via LeParisien

Partager

Laisser un commentaire